Mgr JP.PNG

Mission catholique

Archidiocèse de Papeete

Communiqué diocésain n° 47 du mercredi 24 novembre 2021

REGARD SUR L’ACTUALITÉ

 

"LITURGIE RENOUVELÉE !"

 

A partir de ce Dimanche 28 Novembre, 1° Dimanche de l’Avent, le texte habituel de nos Eucharisties va connaître quelques changements. En effet, le Missel Romain en Français utilisé pour nos liturgies se présentera avec une nouvelle traduction, fruit d’un long travail effectué par la « Commission épiscopale francophone » composée des évêques d’Afrique du Nord, de Belgique, du Canada, de France, du Luxembourg, de Suisse auxquels est associée la Conférence des évêques du Pacifique en la personne de Mgr Michel Calvet, archevêque de Nouméa.

Pour y voir clair, rappelons que le texte français actuellement en vigueur pour la liturgie, notamment pour la célébration de l’Eucharistie est traduit du Latin. La première traduction du Missel en langue française à partir de l’original latin était entrée en vigueur pour le monde francophone en 1974. Elle avait été voulue et menée à son terme rapidement à la suite du renouveau de la liturgie consécutive au concile Vatican II et constituait le fruit d’un travail colossal réalisé en un temps record ! Après plus de 40 ans, le moment était venu de réviser cette traduction. En 2003, à l’initiative du Pape St Jean Paul II, débutaient les travaux de révision. Cette nouvelle traduction se devait de respecter la beauté et le contenu doctrinal exact des textes et éviter des expressions contenues dans des publicités commerciales, des projets politiques et idéologiques, des termes ambigus ou des expressions à caractère régional. Il fallait ne pas perdre de vue que le texte du Missel est destiné à une lecture publique, d’où l’importance de soigner le style et le rythme du texte. Enfin, il fallait une traduction recevable dans tous les pays francophones !

Pour ce qui est du texte de la Messe, qu’on se rassure. Les changements à venir ne vont pas bouleverser le rite de la messe que nous connaissons. D’ailleurs, nous avons déjà enregistré un premier changement dans la prière « Notre Père » : « …et ne nous soumets pas à la tentation » est devenu « Et ne nous laisse pas entrer en tentation ». Une vingtaine d’autres changements doivent caractériser ce nouveau texte de notre liturgie Eucharistique. Quelques-uns sont des ajouts : par exemple dans le « Je confesse », le mot « bienheureuse » a été ajouté à « Vierge Marie ». Beaucoup de ces changements concernent les paroles dites par le prêtre. A l’offertoire lorsqu’il présente le pain, il dira : « Tu es béni, Seigneur, Dieu de l’Univers : nous avons reçu de ta bonté le pain que nous te présentons, fruit de la terre… ». Signalons enfin que cette nouvelle traduction en français ne modifie en rien le texte de la Messe en Tahitien qui est une traduction « Latin / Tahitien ».

La question pourrait se poser de savoir ce qui a motivé plus profondément cette nouvelle traduction. Le Pape Pie IX disait : « Rendez aux mots leur sens ! ». A chaque Eucharistie, nous disons des paroles, nous accomplissons des gestes, des rites. Le risque n’est jamais loin de les accomplir sans trop savoir leur signification, leur sens. Que signifie pour nous un signe de croix, une génuflexion ?. Le but recherché par cette nouvelle traduction est de renforcer le lien essentiel qui unit les paroles prononcées au cours de la liturgie à la Foi de l’Eglise. Il s’agit de redonner leur sens aux gestes et aux paroles, de mieux atteindre ainsi la réalité qu’ils signifient, de mieux percevoir la richesse que contiennent ces « formules » que nous récitons sans toujours en saisir la portée. Alors, nos célébrations pourront nous offrir toute leur richesse et nous pourrons nous rapprocher de ces « réalités d’en haut » pour en vivre et pour les partager. La dernière invitation du célébrant, n’est-elle pas en effet : « Allez dans la paix du Christ » ?

De nouveaux missels romains sont en route, mais pas encore arrivés. Nous avons cependant déjà les répons des fidèles dans leur version « corrigée ». Chaque paroisse aura à sa disposition ces quelques changements et pourra les introduire dans la liturgie Eucharistique dès ce Dimanche 28. Les autres changements concernant les textes lus par le prêtre seront appliqués lorsque les missels nous seront parvenus.

Puisse cette « réforme » qui risque de bouleverser quelque peu notre participation à l’Eucharistie être l’occasion de faire le point sur la façon dont nous entrons dans ce mystère de la Foi.

† Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU