Mgr JP.PNG

Mission catholique

Archidiocèse de Papeete

Communiqué diocésain n° 47 du mercredi 23 novembre 2022

REGARD SUR L’ACTUALITÉ

 

"QUAND LES JEUNES CELEBRENT LEUR FOI"

 


Ce week-end dernier, plus de 500 jeunes d’une douzaine de paroisses de Tahiti étaient rassemblés à l’église Maria No Te Hau de Papeete pour célébrer le Christ Roi dans le cadre des « Journées Diocésaines de la Jeunesse ». Ces « Journées diocésaines » se veulent un lien étroit avec les « Journées Mondiales de la Jeunesse » qui auront lieu l’année prochaine à Lisbonne (Portugal). Rappelons que les JMJ, ces rassemblements internationaux ont été voulus au départ par St Jean Paul II qui en donnait ainsi la raison : « Que toute l’Eglise, en union avec le successeur de Pierre, se sente plus engagée, au niveau mondial, en faveur des jeunes, de leurs inquiétudes et de leurs sollicitations, de leurs ouvertures et leurs espoirs, afin de correspondre à leurs attentes, en leur communiquant la certitude qu’est le Christ, la Vérité qu’est le Christ, l’amour qu’est le Christ ». Le Pape François, poursuivant l’intuition de ses prédécesseurs, voyait dans ces « JMJ » la source d’un élan missionnaire d’extraordinaire force pour toute l’Eglise, et en particulier pour les jeunes générations.


Mais pour différents motifs, nombre de jeunes n’ayant pas la possibilité de participer à ces Journées Mondiales de la Jeunesse, il devenait essentiel que chaque Eglise particulière leur offre la possibilité de vivre au niveau diocésain et chaque année un temps fort de témoignage, de communion et de prière semblable aux célébrations internationales. La célébration de ces « Journées Diocésaines de la Jeunesse » se veut donc un moyen exceptionnel pour maintenir vive dans chaque Eglise diocésaine l’urgence de cheminer avec les jeunes, de les accueillir, de les écouter et de leur annoncer la Parole de Dieu de manière énergique et festive.


Pourquoi le Pape François a-t-il voulu que ces « Journées Diocésaines de la Jeunesse » soient placées le Dimanche du Christ Roi ? La grande annonce qui doit être faite aux jeunes et qui doit être au centre de ces rassemblements diocésains est celle-ci : « Accueillez le Christ ! Accueillez-le comme Roi dans vos vies ! C’est un Roi qui est venu pour sauver. Sans lui, il n’y a pas de vraie paix, pas de vraie réconciliation intérieure et pas de vraie réconciliation avec les autres. Sans son Royaume, la société elle-même perd son visage humain. Sans le Royaume du Christ, toute véritable fraternité et toute fraternité avec ceux qui souffrent disparaissent ».


Ainsi, pendant le temps de ce week-end dont le thème était : « Marie se leva et partit avec hâte », il fut donné aux jeunes de Tahiti, de vivre une fête de la Foi : avec leur foi vivante ou hésitante, leurs questions, leurs doutes, leur recherche authentique, leurs faiblesses et leur enthousiasme, ils ont, à la suite de MARIE rendu grâce ensemble au Seigneur, ils ont chanté et dansé pour le Seigneur, ils ont accueilli la Parole de Dieu, ils ont vécu ces temps de silence, de prière pour rencontrer le Seigneur dans l’adoration eucharistique, pour devenir davantage des témoins courageux de leur Foi en Jésus Christ, Roi de l’Univers.


Ils ont vécu une expérience d’Eglise : venus de plusieurs paroisses, ils ont répondu à l’appel de l’Eglise et ont pu vivre des rencontres qui ont peut-être fait naitre en eux un Magnificat comme celui qui a surgi du coeur de Marie rencontrant sa cousine Elizabeth. Par leur présence, ils ont exprimé ainsi leur désir de prendre leur place dans ce peuple de baptisés, et de partager à tous leurs richesses, leur enthousiasme, leur foi, leur énergie, leur espérance, dans cette société qui parfois les égare sur des chemins bien éloignés de l’Evangile !


A la suite de Marie, ils ont vécu le Samedi matin une expérience missionnaire en visitant des structures d’accueil pour nos frères et soeurs malades, ou en situation de difficulté économique ou encore des personnes rejetées ou mises à l’écart de notre société. Comme Marie portant en elle Jésus, ils ont été ainsi porteurs de joie, témoins et porteurs du Christ et de son amour pour tous ceux qu’ils ont visité. N’est-ce pas cela, être missionnaire ?
./..
Ils se sont levés et se sont mis en route pour rejoindre à pied l’église du Christ Roi de Pamatai ! Nous connaissons dans les saintes écritures beaucoup de témoins qui se sont mis en route, comme Abraham parti rejoindre le pays que Dieu lui indiquerait ; comme les Hébreux partis rejoindre la terre promise ; comme les apôtres en route à la suite du Christ, et comme Marie partie en hâte visiter sa cousine Elizabeth. Ils ont rejoint cette Eglise, peuple joyeux, peuple en marche. Et je peux témoigner que ça chantait dans les rues de Papeete que nous traversions !


Alors, saurons-nous les rejoindre pour marcher avec eux ? Saurons-nous-en ce temps de démarche synodale, accueillir leur foi de jeunes, leur enthousiasme ? Saurons-nous leur faire une place dans nos communautés et leur témoigner de notre foi pour les encourager et les éclairer avec bienveillance et amour ?


+ Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU