Mgr JP.PNG

Mission catholique

Archidiocèse de Papeete

Communiqué diocésain n° 1 du mercredi 5 janvier 2022

REGARD SUR L’ACTUALITÉ

 

"ON NOUS MENT !"

 

Alors que se profile sur notre Fenua la menace du variant Omicron, une menace devenant chaque jour de plus en plus une réalité, et que les débats sur la vaccination alimentent des prises de position vigoureuses, quelques éléments de réflexion pourraient aider à voir plus clair dans nos raisonnements, et à débusquer les pratiques qui brouillent une recherche honnête de la vérité.

Un certain courant de pensée se diffuse insidieusement, notamment par les réseaux sociaux, suggérant qu’un petit groupe de personnes influentes et riches conspirerait en secret au détriment de la population. Toujours selon ce courant de pensée, les évènements de la vie du monde sont expliqués comme étant le résultat de ces « conspirations » : les services secrets américains seraient impliquée dans les attentats du World Trade Center en Septembre 2001, l’incendie de la cathédrale de Paris serait en fait un attentat maquillé en accident, le port du masque obligatoire serait un complot visant à soumettre la population sous couvert d’impératif sanitaire, le ministère de la santé serait de mèche avec les laboratoires pharmaceutiques pour cacher au grand public la réalité de la nocivité des vaccins, vaccins qui contiendraient des nanoparticules pour manipuler les humains…  Les gouvernants sont accusés d’avoir trahi, les experts d’avoir manipulé les données scientifiques, les médias d’avoir menti ! Ils sont même accusés parfois d’agir ensemble… L’heure est à la méfiance, la parole officielle n’a plus de crédit, même s’il est vrai que certains scandales, bien réels ceux-là, ont pu contribuer à cette défiance de la parole officielle. Bref, la conclusion est sans appel : « On nous ment ! »

 

Discrédit des figures d’autorité, indistinction du vrai et du faux, quête de sens… Depuis les origines, l’Homme a été en recherche du sens de sa vie et des évènements de son histoire. Les religions et les idéologies fournissaient des récits permettant de donner une explication et un sens au monde et à son histoire. Ces « grands récits » permettaient d’expliquer le monde, d’affronter ce qu’on ne comprenait pas, de conjurer l’angoisse devant l’incertitude du lendemain. Mais devant la diminution progressive de ces récits, certains vont chercher dans ces théories qu’on appelle « complotistes » un savoir qui, pensent-ils, les sauvera en désignant les causes cachées des malheurs du genre humain. L’écrivain Gilbert Keith Chesterton prédisait, il y a un siècle déjà : « Quand les hommes ne croient plus en Dieu, ce n’est pas qu’ils ne croient plus en rien, c’est qu’ils sont prêts à croire à tout. ». Alors, pour expliquer une catastrophe ou une épidémie, et donner un sens à la souffrance, il faut trouver un coupable. Lors de la Peste noire au Moyen Age, on accusait les Juifs d’empoisonner les puits ! Dans les années 80, circulait la théorie que le virus du Sida avait été créé en laboratoire sous couvert du gouvernement américain !

 

Si donc nous voulons être sérieux et honnêtes dans notre réflexion, nos prises de position et dans notre usage des réseaux sociaux, il importe d’accorder une confiance raisonnable à la science et à la culture scientifique, ainsi qu’aux chercheurs honnêtes et autrement compétentes que nous, qui la font progresser pour le bien de notre santé. Il importe également de nous rendre capables de recevoir les infos arrivant sur les réseaux sociaux avec prudence et discernement, d’en vérifier l’origine (quelle est la compétence de celui qui diffuse l’information ?), le sérieux et l’exactitude (à propos de telle affirmation, toutes les informations ont-elles bien été données et vérifiées ?). Il importe aussi de savoir utiliser le droit au doute raisonnable. Si les réseaux sociaux mettent en doute telle affirmation officielle ou telle information avec en sous-entendu : « on nous ment ! », sachons faire preuve de la même prudence et du même doute vis-à-vis de celui qui a envoyé cette mise en garde. Pourquoi doute et suspicion seraient-ils réservés uniquement aux informations « officielles » et les infos reçues d’un particulier connu ou inconnu seraient-elles revêtues automatiquement du sceau de la vérité ???

† Mgr Jean-Pierre COTTANCEAU